La Voie de Gaïa

Quelques lignes d'un grimoire païen, un cheminement de lumière au milieu des papillons...


Retour aux sources
17 juillet 2012

Fichtre... Deux mois tous ronds depuis lesquels je n'ai plus écrit un mot ici ! Il faut croire que l'appel de l'extérieur (à défaut de l'appel de la forêt ;)) est plus fort que celui de l'ordinateur. Pourtant, je suis toujours là, fidèle au poste, même si je me fais à nouveau plus silencieuse. Savoir apprécier le silence, rester dans l'ombre, observer le temps qui passe et le monde qui évolue... C'est un petit plaisir auquel j'aime m'adonner de temps en temps au milieu de mes cycles effrénés. Cela dit, j'ai commencé à travailler sur le nouveau site qui remplacera bientôt celui de Yunasdestiny. Quoi que "bientôt" est peut être un peu optimiste compte tenu la charge de travail, de mes exigences et du fait que je souhaite prendre mon temps sans passer des jours complets à bosser dessus. Je veux que la publication internet redevienne un plaisir avant tout et non une contrainte, plaisir que j'avais un peu perdu aux derniers numéros d'Altar et avant mon départ du forum, il faut bien l'avouer. Alors je prends mon temps, je savoure le temps passé à relire, redécouvrir et corriger certains articles repris de l'ancien site. Et plus je parcours à nouveau Destiny, plus je me rends compte à quel point ma spiritualité, mes influences et mes aspirations ont terriblement changé depuis quelques années. Je me sens de moins en moins proche de ce que l'on appelle la "Magie" ici, en occident. La sorcellerie m'intrigue en tant que folklore, qu'histoire et qu'esthétique particulière mais de moins en moins en tant que croyances et pratiques personnelles. Et je ne parle même pas de toutes ces loges, covens, groupes et autres qui ne m'ont d'ailleurs jamais vraiment interpellée. Je ne me retrouve ni en la Wicca, ni en l'Asatrù, ni dans le druidisme ou que sais-je encore.

Une discussion récente avec une amie m'a rappelé à quel point j'avais besoin de choses beaucoup plus instinctives, moins cadrées et moins formelles. C'est sans doute la raison pour laquelle j'ai toujours été incapable de rester dans un cercle de pratique plus de quelques mois. Mes croyances sont sauvages, liées à la Terre et à son énergie. Je ne fête plus les Sabbats, je ressens leurs cycles. Je ne tiens plus d'autel, il est à l'intérieur de moi et se matérialise extérieurement par des objets que je porte constamment sur moi. Je ne crois en aucune déité, si ce n'est certaines représentations, je crois en un Tout. Je crois en la vibration du tambour, en cet esprit guide, le coyote, qui m'a un jour regardé entre quatre yeux au cours d'une méditation d'un air de dire "bon, tu m'écoutes, maintenant ? On y va ?". Je crois en ce frisson qui m'a parcouru lorsque je me suis retrouvée face à l'immensité du Désert du Mojave. Je crois en l'intuition et l'instinct, en la relation que l'homme peut entretenir avec la faune et la flore qui l'entoure, s'il le veut bien. Je me sens proche du chamanisme inuit de "l'Esprit de l'Ours", des pratiques chamaniques mongoles et amazoniennes, des récits de Jeremy Narby. Je crée des tambours, pour partir en "voyage", je m'inspire de représentations et de motifs ancestraux. Pourtant, je ne connais pas grand chose au "chamanisme". Il me parle, mais je suis face à un vaste monde qui me perd encore un peu. Alors j'ai décidé de revenir sur le chemin, de laisser temporairement de côté ce qui ne me correspond pas (à l'exception du côté informatif du nouveau site), et de suivre enfin le Coyote vers quelque chose qui fera que je me sentirai enfin complète.

Du coup, ma bibliothèque s'est enrichie de quelques ouvrages, mes prochaines lectures : 

Capture d’écran 2012-07-17 à 19 Capture d’écran 2012-07-17 à 19 Capture d’écran 2012-07-17 à 19


Et je peux vous dire que ça fait du bien de retrouver un équilibre !


Commentaires

  • J'ai été très touchée par ton article, à vrai dire cela fait un moment que ma route à quelque peu déviée de celle que j'empruntais à mes premiers pas dans le paganisme et la magie.
    Je me demandais pourquoi je ne fêtais plus les sabbats, peu à peu j'en suis venue à délaisser mon autel, ne trouvant plus d'inspiration pour l'orner comme je le faisais avant

    J'aime énormément le folklore magique, ce côté esthétique, un peu witchy parfois kitsch mais tellement chaleureux et envoûtant!
    L'image de la cuisine de sorcière remplie d'herbes et d'épices à profusion, les effluves d'un plat de saison ou de biscuits chauds accompagnés d'un chocolat aux épices, et tant d'autres choses qui m'évoquent le côté délicieux et fantaisiste de la sorcière.

    Mais ma pratique est totalement différente, avant je pratiquais des rituels assez théâtralisés, avec outils et des correspondances que je pensais comprendre. Aujourd'hui j'ai besoin d'une pratique instinctive, et je suis revenue à mes premiers amours, le chamanisme, dont les pratiques m'ont toujours fascinée, et que j'ai plus ou moins délaissé, pensant trouver une voie "occidentalisée" plus proche de cet esprit magique que l'on cotoie aujourd'hui.

    Mais je suis rattrapée par cette voie chamanique que j'affectionne tant, ce besoin de me sentir connectée avec ce monde que j'explore chaque nuit, à chaque méditation, et qui m'en apprend beaucoup plus sur moi même que n'a pu le faire aucune autre voie. Ce besoin d'explorer mon "autre monde" qui me parle mais que je commence tout juste à saisir par bribes, un voyage qui commence et je sens que c'est le moment pour moi d'embarquer à bord, mon coeur palpite, c'est ça la magie, se sentir vibrer de tout son être car on a le sentiment de toucher à quelque chose que l'on ne peu saisir mais qui nous fait de l'oeil et nous invite à venir à sa rencontre.

    C'est comme si je réapprenais tout, la moindre correspondance utilisée est en parfaite symbiose avec moi, car je l'explore, j'apprends à écouter ce que me souffle la nature, et à décoder les vibrations très personnelles que me procurent les objets que j'utilise. Je pratique à l'inspiration, je touche, je ressens, quel bonheur et quelle merveilleuse sensation de liberté!

    Tu m'a fait sourire car depuis que je reviens à mes sources, je dévore littéralement tous les livres que je peux sur le chamanisme, certains qui étaient sur ma wishlist depuis trop longtemps, et d'autres que je découvre avec joie (et hop je rajoute les tiens ^^) et d'ailleurs, le livre sur la conversation autour de l'iboga et de l'ayahuasca dont tu avais fais une review me nargue depuis quelques semaines...mais arggg plus de sous!

    C'est vrai, le chamanisme est un vaste monde à explorer, et nous autres occidentaux on peu s'y perdre un peu, il nous faut réussir à franchir les limites de ce que l'on pense être la réalité, car finalement c'est un terme inventé pour donner corps à un monde que l'on ne perçoit qu'avec nos yeux, et notre raison, mais cela va beaucoup plus loin que ça, de vastes plaines devant nous, à nous de trouver le meilleurs moyen pour y accéder

    Je te souhaite beaucoup de plaisir à renouer avec tes sources tout comme j'en prend à chaque nouveau jour qui passe ♥

    Zëta (anciennement Kymaera )

    Par Zëta • 17 juillet 2012 à 21:35
  • Yuyuuuuuuuuuuuu *w*
    (ahem...) Bon, voila, tu sais ce que j'en pense (ça m'a fait tout drôle de me voir citée dans ton article oO") mais (petit message qui sert à rien), je comprends carrément. En plus, c'est bien, j'ai ajouté de nouveaux titres à ma LALDTU grâce à toi U_U (Liste A Lire De Toute Urgence, ewais, ça a la classe... 449 titres pour le moment... à quand le 450e?)

    Dans tous les cas, je commencerai à dactylo les notes de Noko lorsque je reviendrai de vacances (oui, tu sais, les fameux yukata *w*) en (presque) pleine forme, et avec une solide indigestion due aux Sushis ^^'

    *ahem*

    Plus sérieusement, j'ai (aussi) hâte de découvrir ton nouveau site - soit rappelé au passage que si tu souhaites de l'aide pour des articles notamment sur les mythologies grecques, latines, ou encore sur tout ce qui touche aux croyances asiatiques, je veux bien t'aider, ce sont des choses qui me passionnent =P

    (d'ailleurs, niveau bouquins, j'ai lu pas mal de machins d'anthropologues, je pourrai t'aider, et puis, si tu veux la confé au propre ^^" au cas où... bref, faut toujours que je te l'envoie, celle-là, soit dit au passage U_U)

    bref =P

    Tu peux pas savoir combien j'ai hâte de mettre les pieds à Cidre & Dragon!

    Par Narja • 18 juillet 2012 à 21:16
  • Marrant, ce que tu dis... Je m'y retrouve, tout en n'y étant pas tout à fait (oui, mamzelle, c'est la base de la personnalité, ça)^^

    La Magie avec un grand M, les covens, les tambouilles dans le chaudron, les rituels, les athamés, les chants wiccans, tout ça... pfff ça fait des années que j'aime bien mais que ça ne me parle pas ou plus.
    Le druidisme m'interpelle, mais ce qu'en ont fait les organisations actuelles me hérisse un peu le poil... Je cherche plutôt ma voie sur le chemin tracé par Merlin, si je puis dire, une sorte d'ancien chemin mi-chamanique mi-druidique. Un truc avec un torque de bronze et un serpent à tête de bélier... Retour aux sources
    L'Asatru, pareil : j'aime ces traditions et ces déités, je révère nombre d'entre elles et je me sens très proche de la culture nordique, mais cette cosmogonie particulière, cette croyance en le Ragnarök... je ne m'y retrouve pas. J'apprécie le fait que l'Asatru n'aie pas de clergé, ça, c'est sûr. Disons que c'est mon folklore préféré (avec le celte et le finnois), mais que je ne fais pas de passéisme

    Le chamanisme... J'en entends beaucoup parler autour de moi, ça m'intéresse, pourtant ce n'est pas encore tout à fait ça non plus. J'aime le tambour, à en mourir, mais le son de ma nyckelharpa me fait tout autant vibrer sinon plus...
    Je n'aime pas entrer dans un moule. J'abhorre tellement ça que même les très légères définitions du chamanisme me hérissent. Je n'y peux rien, je suis fille de Liberté

    Quant aux groupes et covens... Encore des groupes, donc possédant leur légion de problèmes internes qui m'empêchent de me concentrer et d'avancer. Je continue de guider mon groupe, mais je leur lâche de plus en plus la bride... C'est un peu triste car je découvre qu'il n'y a pas de réel suivi chez la plupart... mais tant pis. J'aurais planté la graine dans leur terreau. A eux de l'arroser et d'en prendre soin... ou pas.

    Je ressens très fortement la Roue, les Roues, mais je ne fête pas pour autant les Sabbats. Si, Beltane toujours, c'est tellement viscéral pour moi que je ne pourrais pas faire sans^^ Mais les autres, je préfère les fêter quand et comme j'en ai envie. Et tant pis si ça peut faire hurler certains puristes. Je découvre ma propre vérité sur les Roues, et elle est tout aussi juste que n'importe laquelle

    Ma pratique... n'est plus de la pratique.
    Comme toi, je porte mon autel sur moi-même, toute ma maison est mon chaudron et l'horizon est mon cercle (pour reprendre les "outils" wiccans)... Ma spiritualité va tellement plus loin que toutes ces fioritures ! Je me sens (ne rigole pas^^) comme un guerrier accompli à qui on essaie de refourguer une épée en bois ! ^^

    Toute cette tartine pour dire que je me retrouve beaucoup dans ton message, voilà, c'est dit
    Bisous et à une prochaine !

    Par Syne • 08 septembre 2012 à 12:55

Poster un commentaire